Retrouvez les meilleurs albums, les blockbusters et le top 50 sur Virgin Mega

Votre panier :




Nouveautés

50 Chefs-D'œuvre De La Musique Classique


6,99€
Téléchargement d'album

Strauss, R.: Vier Letzte Lieder; Ein Heldenleben


9,99€
Téléchargement d'album

Shostakovich


9,99€
Téléchargement d'album

Mozart, Schubert & Stravinsky Piano Duos


9,99€
Téléchargement d'album

Carnets De Voyage


9,99€
Téléchargement d'album

St. Petersburg


9,99€
Téléchargement d'album
À découvrir sur Virginmega

Un sélection d'artistes

Mario-Ratko Delorko

Mario-Ratko Delorko
Mario Dewar Barrett est né le 27 août 1986 à Baltimore (Maryland). Sa mère est célibataire et en proie à un problème d'addiction, sa grand-mère l'élève et l'encourage dans son apprentissage de la musique. Extrêmement doué, Mario est repéré par un producteur dès ses onze ans.

Précoce

A quinze ans, son premier album Mario reçoit un accueil enthousiaste avec le simple « Just a Friend 2002 », reprise du tube de Biz Markie. L'album se classe No 9.



Réaliste


Turning Point en 2004 lui permet d'asseoir sa réputation, l'album n'est que No 13, mais le simple « Let Me Love You » lui offre son premier No 1 au Billboard. En France le titre est réenregistré en duo avec Amel Bent et parvient au numéro sept du Top.

Revanchard

Go a beau être son album le plus abouti en 2007, il doit se contenter du No 21 des charts et n'arrive pas à percer sur le marché international. Son quatrième album And Then There Was Me est prévu pour le printemps 2009.



Copyright 2010 Music Story François Alvarez

Un sélection d'albums

None

Rugby 2011 - Album Officiel

World In Union 2011 - The Official Album

World In Union 2011 - The Official Album
Il s'agit donc de l'album officiel de l'édition 2011 de la Coupe du Monde de Rugby. On écrit cela pour que, simplement, ceux qui seraient disposés à descendre du bus le sarcasme à la bouche, se méfient d'un plaquage cathédrale un peu trop appuyé. En effet, le rugby, comme tous les autres sports,s'accompagne d'une imagerie (la fraternité virile, les troisièmes mi-temps déchirées, les coups de crampon en douce)propice à faire sourire dans les chaumières. Sauf qu'ici, c'est vrai.

Et qu'est-ce qui est vrai dans cette sélection de 22 hymnes (c'est le livret qui l'affirme) en plus petits dénominateurs communs du royaume d'Ovalie? Tout simplement qu'il neviendrait jamais à l'idée d'un amateur de rugby de frissonner tout seul dans sa salle de bains en fredonnant «Swing Low»,ou «Land Of My Fathers».Ou «La Marseillaise».Mais qu'en groupes (bigarrés) et la chope à la main, la mélodie se chante bien différemment. C'est bien sûr pour cela que le meilleur de ces sélections (nationales) est interprétée en groupe,car, comme chacun sait, le groupe est tout en rugby. C'est sans nul doute pour cela qu'on ne dira pas grand-chose de la prestation d'André Rieu dans «Waltzing Matilda».De même, on restera peu prolixe quant aux différentes performances de la soprano Hayley Westenra (dont on nous assure qu'elle vend des disques par containers entiers), en particulier dans la chanson-titre, thème récurrent de la compétition, et qui, en ouverture, est sensée nous emporter sur sa fine chevelure blonde etune cohorte (au moins quinze) violons. Sans mauvais esprit, convenons que Dame Kiri Te Kanawa, c'était quand même autre chose en 2007.On sera toutefois reconnaissant à la jeune femme de 24 ans d'avoir enregistré le même thème en langue maori. Seule exception à la règle, un Roberto Alagna toujours impeccable dans l'hymne national, et celui qui évoque un soupçon de chauvinisme a plutôt intérêt à courir vite. Pour le reste, on conservera une indéfectible affection au Royal Scots Dragoon Guards, Kenyan Boys'Choir, et autre Fron Male Voice Choir: car, définitivement,c'est ainsi qu'on chante le rugby.

Le programme s'achève par un haka, ce truc un peu sauvage, qui se clôt généralement par une langue tirée et une incommensurable frousse. Ce qui reste une assez goûteuse définition du rugby. Et que les ricaneurs, encore une fois, attendent que l'équipe de France devienne championne du monde. Non mais.

None

Patricia Petibon

La Belle Excentrique

La Belle Excentrique
La Belle excentrique est l'intitulé d'une « fantaisie sérieuse » signée Erik Satie, une de ces pièces cachant tout le sérieux et la concentration sous une enveloppe humoristique. Composée en 1920, elle était destinée à une danseuse de French Can-Can surnommée Caryathis.

Telle cette composition, démantelée en interludes, le récital de Patricia Petibon possède deux visages. Une facette légère qui est celle du Paris insouciant d'avant-guerre et des divertissements, entre la Belle Époque et les Années Folles, et une autre plus grave où toutes les blessures ne sont pas encore pansées. Et puisque cet album de vignettes début de siècle du XXème est placé sous le signe de l'éclectisme, il n'est pas étonnant d'y trouver à deux reprises Léo Ferré, compositeur hors de son époque, avec sa « Jolie môme » fredonnée en compagnie d'Olivier Py et « On s'aimera », où s'invite le violon de Nemanja Radulovic.

L'essentiel de La Belle Excentrique est consacré à ces mélodies légères comme le piano volant de Susan Manoff sur la « Grande ritournelle » de Satie, également présent à travers la formidable chanson « Allons-y chochotte » (encore Olivier Py) et la poignante valse lente de « Je te veux », romance sincère et éplorée ployant sous le violoncelle de Christian-Pierre La Marca. Excentrique et même déplacé, mais dans le ton de l'époque, est le mot qui convient pour qualifier ces mélodies inscrites en marge de l'oeuvre sérieuse : « L'éléphant du Jardin des Plantes », « Fido Fido » et « Le Vieux chameau du zoo » du cahier Chansons de Monsieur Bleu de Manuel Rosenthal ; « Ba, Be, Bi, Bo, Bu », « Voyage à Paris » et « Les Gars qui vont à la fête » (Chansons villageoises) de Francis Poulenc.

La poéise mise en musique, qu'elle soit de Louise Lalanne pour Poulenc (« Hier ») ou de Marie Roustan pour Reynaldo Hahn (« Rêverie » et « Pêcheur de lune ») croise avec délice les cycles de Mélodies de Satie (« La Statue de bronze », « La Tragique histoire du petit René » qui se met les doigts dans le nez) ou de Fauré (« Spleen » et « Les Berceaux »). Gai comme le « Cancan grand-mondain » et le « Désespoir agréable » de Satie ou triste comme le poème « Aux officiers de la Garde blanche » de Louise de Vilmorin, ce recueil de vingt-neuf souvenirs ne fait pas que ressusciter le parfum d'une époque, il insuffle son esprit par le jeu ad hoc de Susan Manoff et le timbre, naturel ou soprano mais toujours envoûtant de l'une des plus belles et grandes excentriques du chant lyrique.

None

Luciano Pavarotti

Pavarotti & Friends Together For The Children Of Bosnia

Pavarotti & Friends Together For The Children Of Bosnia
Avec Sting, Zucchero, Lucio Dalla, Patricia Kaas, Aaron Neville et les Neville Brothers, Suzanne Vega, Mike Oldfield, Bob Geldof, Brian May et Michael Kamen.

Maintenant disponible

Vivaldi / Valentine / Sarri: Flute Concertos


9,99€
Téléchargement d'album

Biber / Schmelzer / Walther: Scherzi Musicali


9,99€
Téléchargement d'album

Haydn: Nelson Mass / Arianna A Naxos


9,99€
Téléchargement d'album


Powered by Pertimm
Paiement sécurisé
VirginMega sur Facebook VirginMega sur Twitter VirginMega sur Youtube VirginMega sur Dailymotion