Retrouvez les meilleurs albums, les blockbusters et le top 50 sur Virgin Mega

Votre panier :




Nouveautés

Siren Charms


9,99€
Téléchargement d'album

Pale Communion


8,99€
Téléchargement d'album

The World We Left Behind


9,99€
Téléchargement d'album

In The Minds Of Evil


9,99€
Téléchargement d'album

Satyricon


9,99€
Téléchargement d'album

The Cube 3


8,99€
Téléchargement d'album
À découvrir sur Virginmega

Un sélection d'artistes

Rob Zombie

Rob Zombie
Robert Bartleh Cummings est né le 12 janvier 1965 à Haverhill (Massachusetts). En 1985, il forme White Zombie à New York. Après deux albums en indépendant, White Zombie sort en 1992 La Sexorcisto: Devil Music, Vol. 1, chef d'oeuvre de metal gore.

Rob Zombie commence à écrire des chansons hors du groupe en 1996, et enregistre son premier album solo en 1998. Hellbilly Deluxe est d'une telle puissance que les fans se rendent vite compte que Rob Zombie est White Zombie à lui seul. White Zombie cesse alors officiellement d'exister.

Hellbilly Deluxe et ses trois millions d'exemplaires vendus, offrent à Rob Zombie une appréciable liberté artistique. Qu'il met dans un premier temps à profit pour sortir American Made Music to Strip By, dispensable album de titres remixés du précédent.

C'est heureusement pour mieux revenir en 2001 pour The Sinister Urge, nouveau carton et album largement estimable. Rob Zombie fait alors une pause musicale pour se consacrer à sa passion du cinéma fantastique et d'horreur. House of 1000 Corpses (La Maison des 1000 morts) en 2003 est son premier essai. Suivent quatre autres films dont un remake du célèbre Halloween en 2007.

Past, Present & Future meuble cette pause en 2003, en regroupant les meilleurs titres de White Zombie et de son leader. Educated Horses en 2006 offre une rupture dans le style de Rob Zombie. L'album fait moins référence aux thèmes d'horreur et se rapproche musicalement du néo-métal.

Zombie Live en 2007 n'est hélas pas à classer parmi les meilleurs albums en public de l'histoire du metal. Qu'à cela ne tienne, Rob Zombie rassure vite les fans et revient à ses amours de toujours pour Hellbilly Deluxe 2 en 2010.

Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Testament

Testament
Le guitariste Eric Peterson forme Testament à San Francisco (Californie) en 1983. Il est vite rejoint par Alex Skolnick, autre guitariste avec qui il forme l'épine dorsale du groupe. Le chanteur Chuck Billy arrive lui en 1986. Alors en concurrence avec Metallica pour recueillir les suffrages des fans de hard en Californie, Testament sort The Legacy en 1987.
Avec The New Order en 1988, Testament assoit sa réputation de spécialiste d'un trash metal baigné au speed metal, se plaisant à développer des thèmes d'un ésotérisme noir, confinant au satanisme. Le Malin n'apprécie pas leurs thèses à leur juste valeur, les albums de Testament ne génèrent que des ventes somme toutes décevantes.Practice What You Preach (1989), Souls of Black (1990) et l'excellent The Ritual en 1992, n'arrivent pas à inverser la funeste tendance. Commence alors la litanie prévisible des va-et-vient de personnel, et surtout d'une avancée vers le death metal de plus en plus prononcée. Low (1994), Demonic (1997) et le chef d'oeuvre The Gathering (1999) témoignent amplement de cette nouvelle inclinaison. A trop chatouiller La Bête, le chanteur Chuck Billy se voit diagnostiquer un cancer en 2001. Testament se trouve alors dans une impasse et consacre les premières années du XXIème siècle à ouvrir ses fonds de tiroir. Il en sort tout de même un honnête Live in London (2005) et un Greatest Hits (2007) en forme de bilan.Chuck Billy retrouvé, Testament revient complètement régénéré et The Formation of Damnation en 2008, devient leur album le plus populaire. Il se classe en particulier n° 15 en Allemagne. Testament a su rester vivant, malgré un manque de reconnaissance en forme de déni de justice et continue à faire sonner les trompettes de l'Apocalypse à qui aime les entendre. Pour Dark Roots of Earth en 2012, le batteur Paul Bostaph est remplacé (temporairement ?) par Gene Hoglan déjà croisé sur Demonic en 1997. Cette variation de personnel n'empêche pas Testament d'afficher une forme insolente sur ce dixième album.

Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Vast

Vast
Né le 25 juillet 1976, Jon Crosby s'avère un génie précoce et un multi-instrumentiste talentueux. Repéré à 13 ans par Guitar Player Magazine, il est désigné comme l'un des virtuoses du futur. Impression confirmée très vite lorsque sort Visual Ausio Sensory Theater en 1998. Pratiquement seul, le phénomène sort un album conceptuel entre rock industriel et new wave métallique.

VAST est donc l'acronyme de Visual Audio sensory Theater. Sans être véritablement un groupe, VAST permet à Jon Crosby de s'abriter derrière un concept. Après l'important succès d'estime de son premier album, Jon Crosby est soumis à d'intenses pressions de son label qui voit en lui un futur artiste majeur. Le résultat est Music for People en 2000 et « Free » son tube mal nommé.

Jon Crosby quitte alors Elektra et fonde son label 2Blossoms. Il s'ensuit une période confuse où VAST rend directement ses productions disponibles sur internet. En 2004 sort Nude, qui reprend les meilleurs morceaux des projets Turquoise 3.x et Crimson 3.x. L'intégralité est disponible sur l'album Turquoise & Crimson en 2006.

Cette période s'achève avec la sortie de April en 2007, album acoustique qui remet le talent de Jon Crosby en perspective. April est disponible directement sur le site de l'artiste au prix de 2,79 dollars soit environ 2 €, une vraie démarche de proximité économique avec les fans. Me and You sort en mai 2009, d'abord disponible uniquement via le site de VAST, il connaît une sortie conventionelle à l'été 2009.

Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Un sélection d'albums

GoodDeal

Nile

Those Whom The Gods Detest

Those Whom The Gods Detest
Nile mérite assurément bien des superlatifs, le groupe de Greensboro (Caroline-du-Sud) s'avère bien l'un des plus radicaux et des plus originaux représentants du death metal.

Radical car Nile joue vite, très vite même, poussé par la batterie déchaînée de George Kollias. Original surtout, avec l'apport de mélodies et de mélopées orientales, symboles de l'attachement de Nile aux légendes de l'ancienne Egypte.

Those Whom the Gods Detest montre un groupe qui maîtrise parfaitement son sujet, capable d'accélérations fulgurantes comme de passages travaillés et mélodiques. Nile continue de bâtir, album après album, la pyramide d'un succès désormais largement international.

Comme les albums précédents de Nile, Those Whom the Gods Detest s'écoute et même se vit, d'une seule traite, sans temps mort ni baisse d'inspiration. Un vrai travail de pharaons en somme.

None

Children of Bodom

Blooddrunk

Blooddrunk
Children of Bodom ne fait pas dans la nuance. Si son style embrasse le speed, le trash, le death et le neo-metal, le groupe finlandais reste un monstre de rentre dedans. Blooddrunk s'apparente bien à une cuite au sang bien frais, et pas forcément issu de vierges immaculées.

Les troupes de Alexi Laiho avancent en rangs serrés derrière leur chanteur et guitariste, Children of Bodom marche comme un seul homme. La princpale qualité du groupe reste d'ailleurs cette compacité à toute épreuve. Les égos sont bien rangés et l'ensemble dégage une impression de puissance sidérante.

Difficile du coup d'extraire un ou plusieurs titres de Blooddrunk, «Lobodomy » laisse percer un rien de lyrisme, « Tye My Rope » souligne la bonne utilisation des claviers, autre marque distinctive de Children of Bodom. Des préférences qui restent subjectives, tant Blooddrunk frise l'excellence de bout en bout.

Désormais installé parmi les ténors du metal sanguinaire, Children of Bodom voit sa future production attendue. Avec l'espoir que le niveau atteint avec Blooddrunk ne baisse pas, tant il parait difficile de le dépasser.



None

Marilyn Manson

Mechanical Animals (ecopac Explicit)

Mechanical Animals (ecopac Explicit)
Deux années après le succès déferlant d’Antichrist Superstar, les Marilyn Manson remettent le couvert pour un album en totale rupture avec le précédent. Le leader du groupe prouve qu’il possède plus d’une corde à sa guitare en glissant un zest de couleurs et de glamour dans cet univers de haine.

Produit par Marilyn Manson et Michael Beinhorn, Mechanical Animals fait un retour sur les sentiments humains ou la star se pavane en Omega, un personnage ni homme ni femme, ni même humain, androgyne peut-être, au regard calme.

Le nouveau concept proposé est que les êtres humains seraient à l’état de clones, sorte de « copier-coller », leur ôtant toute personnalité pour en faire des bien-pensants (« Rock is dead », « I don’t like the drugs (but the drugs like me) »). Le titre « User Friendly » place même Marilyn Manson dans la position d'objet sexuel utilisé par une femme, sans défense et amoureux. Quel revers de situation. Y aurait-il finalement une place pour « l’amour » dans son univers sombre et tourmenté ? Peut-être. Après tout, il a dédié « The last day on earth » et « Coma white » à sa Dulcinée de l’époque, Rose McGowan… « The Last day on earth » se situe d'ailleurs entre emphase et délicatesse, avec une douce mélodie à la guitare acoustique, qui perce derrière le mur du son.

Mechanical animals est plus léger, plus aérien et plus calme, que ce soit dans la musique ou dans le discours le moins violent jamais véhiculé par Marilyn Manson. On y retrouve les guitares torturées (« The great big white world »), les accords ciselés (« the dope show »), la rythmique et le son typiquement mansoniens (« Rock is dead », qui sera entre autre présente sur la B.O. de Matrix), les fameux riffs industriels (« New model n°15 »), des bips électriques (« User Friendly »), et des « guitares-machines » à la rythmique sombre (« Coma White »). Toutefois, quelques slows (« Fundamentaly » griffé d'un solo très mélodique et d'une montée en puissance imparable) ou passages plus calmes (« I want to disappear ») laissent entrevoir une plénitude pesante.

En rendant hommage au rock des années 70’, Marilyn Manson est considéré, avec cet album, comme le Bowie du 21ème siècle, et il nous apprend surtout que l’on peut attendre tout de lui et qu’il n’a pas qu’un seul visage. Ce groupe possède une culture beaucoup plus importante qu’ils ne le laissait croire. Les futurs albums en témoigneront.

Maintenant disponible

20th Century Masters - The Millennium Collection: The Best Of Norma Jean


9,99€
Téléchargement d'album

Grand Morbid Funeral


9,99€
Téléchargement d'album

Alien Breed


5,99€
Téléchargement d'album


Powered by Pertimm
Paiement sécurisé
VirginMega sur Facebook VirginMega sur Twitter VirginMega sur Youtube VirginMega sur Dailymotion